partager cette page via
Twitter Google+ Facebook Pinterest e-mail

haut de page bas de page

Tous les articles » FAQ Générale ~ 09-01-2006

J'ai un ami qui a le même instrument que le mien, mais le sien sonne beaucoup mieux...

Réponse

Si la référence est identique, il se peut tout d'abord qu'il y ait des différences au niveau de la musique, de la mécanique, du soufflet... Aujourd'hui je vais vous parler de la musique, et la prochaine fois des autres éléments.

1e partie ]

La musique

Pour la musique donc, il faut vérifier en premier lieu qu'elle est de même qualité, que les peaux musique sont du même niveau, que le montage est identique, que l'habillage des sommiers et leur construction sont similaires.

Qualité

Sur ce point, je vous invite à vous reporter cette page dédiée aux différentes qualités de musique.

Peaux

Les peaux peuvent, à première vue, vous sembler identiques mais en y regardant de plus près il est possible de constater des différences ; des peaux bien « grasses » et souples auront incontestablement un meilleur rendement que des peaux fines et rigides. Sur une musique montée avec peaux animales, les peaux du dessous doivent être légèrement moins épaisses que celles du dessus. On doit aussi tenir compte d'éventuelles différences dans la longueur de collage des peaux. L'utilisation ou non de renforts joue également un rôle non négligeable. Ils peuvent être métalliques ou en plastique, suivant la musique utilisée. Il faut alors observer la qualité, le calibrage et l'encollage de ces renforts, ainsi que la nature, le diamètre et le positionnement des pastilles qui servent à les maintenir.

Montage

Si la musique n'est pas cirée, le rendement sonore est influencé par l'habillage des sommiers (liège ou peau), l'épaisseur de ces matériaux, la fixation des plaquettes musique (clouées, vissées), la qualité du clouage (nombre de pointes en tête de plaquette et sur les côtés) ou du vissage (avec ou sans rondelles, nature des vis).

Sommiers

Suivant l'époque de fabrication, les sommiers (pièces en bois sur lesquels sont fixées les plaquettes musique) peuvent présenter des différences dans la construction, le bois utilisé ou le vernissage (les sommiers peuvent très bien être laissés dans leur état naturel, le vernis peut aussi être remplacé par de la colle dans les chambres de compression).

Les voix peuvent être positionnées différemment sur les sommiers (voix flute en 1, en 2, en 3...), certains peuvent présenter un angle plus ou moins accentué par rapport à la table.

La présence de barrettes (éléments métalliques qui maintiennent l'écartement des sommiers) peut avoir un effet sur les fréquences vibratoires. S'il y en a, sont-elles positionnées de la même façon ? La main gauche a t-elle le même nombre de voix ? Celle-ci en possède généralement 4 ou 5, mais peut descendre à 3 voix. La pression des sommiers sur la table peut être différente (vissage plus ou moins serré).

Les remarques sur la main droite (qualité musique, peaux, renforts, collage, sommiers...) sont tout aussi valables pour la main gauche bien entendu.

Rendez-vous au prochain épisode pour aborder les autres différences possibles.


2e partie - 23/01/2006 ]

Je vais aujourd'hui continuer le développement de la précédente réponse, en vous parlant des autres éléments qui peuvent expliquer la différence de rendement : la mécanique, le soufflet, l'utilisation et le rodage.

Mécanique

Les possibles différences dans la hauteur de levée des soupapes, un montage à l'envers pour la 3e ou la 2e rangée, la hauteur du jeu des boutons (pouvant aller de quelques dixièmes de millimètres à 1 ou 2 mm) auront une certaine influence. Pour la main gauche, un changement de mécanique ou un réglage entrainant une entrée d'air légèrement plus importante (levée des soupapes) seront à prendre en compte.

Soufflet

Le carton utilisé, le nombre de plis, leur profondeur et le type de coins utilisés (angle et longueur) sont des éléments à prendre en compte.

Utilisation

Chaque musicien est différent (heureusement), le jeu peut aller d'une confidentialité excessive à une dynamique exacerbée. Suivant la personnalité, le type de jeu de l'accordéoniste et le temps passé avec l'instrument, celui-ci va réagir différemment avec les années. Dans de bonnes conditions, avec une technique appropriée et un bon « rodage », un accordéon de qualité sonnera incontestablement mieux qu'un autre pourtant identique sur tous les points abordés jusque là, mais utilisé dans des conditions moins favorables.

Bonnes conditions de jeu

Il faut éviter les endroits poussiéreux, humides ou secs. Après avoir joué, il convient de recouvrir son instrument avec une housse ou le ranger dans son étui, et... ne pas oublier de le faire réviser plus ou moins régulièrement car tout instrument acoustique subit une altération naturelle et inévitable de tous ses composants avec le temps.

Technique appropriée

Une bonne position de l'instrument évitera une usure prématurée des bandes de soufflet, voire de certaines parties du soufflet lui-même. Une synchronisation correcte du jeu et du soufflet ne fatiguera pas inutilement la musique et les peaux. Un jeu souple du soufflet (ce qui n'exclut pas la puissance) valorisera la musique et la tenue du soufflet. N'oubliez pas que le soufflet est vraiment l'âme de l'accordéon, il peut retransmettre une palette presque infinie d'expressions, de nuances... ou rien du tout !

voir aussi : conseils d'entretien / utilisation

Rodage

Un bon accordéon qui est joué presque exclusivement dans une nuance piano ne prendra pas de son. Si vous solliciter votre instrument avec intelligence, dans les conditions décrites plus haut, alors il prendra du relief, de la présence et de la personnalité.

Conclusion

Vous vous apercevez donc qu'il peut y avoir un nombre important de paramètres qui peuvent vous faire envier l'accordéon de quelqu'un d'autre. Si les différences sont dues à des éléments techniques, il peut être possible d'y pallier partiellement ou en totalité suivant le cas. Si elles sont dues à votre personnalité et la façon dont vous l'utilisez, il ne tient qu'à vous d'y remédier !