partager cette page via
Twitter Google+ Facebook Pinterest e-mail

haut de page bas de page

Tous les articles » FAQ Générale ~ 24-11-2010

J'ai récupéré un diatonique ancien à 3 rangs. La musique s'est décollée, elle est éparpillée dans l'instrument... Comment faire pour la remettre dans l'ordre ?

Réponse

Aïe ! Cela ne va pas être facile sans connaissances techniques et harmoniques. Je vais néanmoins vous expliquer la manière de procéder sur la partie main droite. Pour la main gauche, les harmonies rendent la tâche un peu plus complexe mais la plupart de ce qui est dit ici s'applique également.

Configuration

Pour l'exemple, je vais m'appuyer sur l'accordéon d'une personne qui m'a contacté récemment pour ce problème. Après renseignements et photos, le modèle en question est un 3 voix avec 12 notes sur le 1er rang, 11 sur le 2e et 10 sur le 3e. Il comporte 5 sommiers et 99 plaquettes (12 * 3 + 11 * 3 + 10 * 3).

Observez la hauteur des sommiers. S'il y a des différences cela signifie que les sommiers les plus hauts reçoivent une voix de basson. Sur notre exemple les sommiers 2 et 5 sont montés avec une voix grave, les trois autres reçoivent les deux voix de flute (juste et haute).

Classement de base

Voyons tout d'abord un premier tri rapide de la musique.

Longueur des plaquettes

Commencez par classer les plaquettes (ou châssis) en fonction de leur longueur. Les plus longues se positionnent dans le grave (partie la plus haute du sommier), les plus courtes dans l'aigu. Les lames de la voix grave résonnent une octave en dessous de la voix de flute. Les plaquettes de cette voix sont sensiblement plus longues. À ce stade, on peut donc déjà isoler la voix de basson des deux voix de flute.

Signes distinctifs

Certaines lames ont un contrepoids. Dans la plupart des cas elles correspondent aux notes graves de la voix basson.

Observez par ailleurs si les châssis comportent une marque, comme une encoche ou un trait oblique dans le coin supérieur droit... Ceci permet d'identifier la lame du dessus, associée au mouvement du poussé.

Position des notes sur les sommiers

Le 1er sommier (2 voix de flute) correspond aux notes du 1er rang. Le 2e sommier (voix basson) correspond, à priori, d'un côté aux notes du 1er rang et de l'autre à celles du 2e rang. Le 3e sommier (2 voix de flute) est, en principe, affecté aux notes du 2e rang. Les 4e et 5e sommiers correspondent alors au 3e rang (respectivement 2 voix de flute et voix de basson).

Retirez les sommiers et vérifiez ces positions en observant la table d'harmonies tout en appuyant sur les boutons du 2e rang. Vous devriez constater qu'ils ouvrent majoritairement les entrées d'air du 2e sommier (côté intérieur) et du 3e sommier. Si c'est bien le cas, cela signifie que les sommiers 4 et 5 reçoivent effectivement la musique du 3e rang.

Il faut alors contrôler la position des notes par rapport à chaque rang car il y a deux possibilités. Pour un rang donné :

  • soit les notes de ce rang sont toutes situées sur le même sommier,
  • soit les notes se répartissent sur deux sommiers.

Appuyez sur le premier bouton du premier rang et repérez l'entrée d'air correspondante. Continuez ainsi avec chaque note pour déterminer la position de l'ensemble des plaquettes pour chaque sommier.

Les tonalités

À partir de là, le problème va se compliquer un peu car il faut des notions d'harmonies et une certaine oreille. Il s'agit maintenant de déterminer les tonalités du modèle (voir également l'article sur les tonalités d'un diatonique). Pour chacune des 3 voix, nous allons isoler les plaquettes des 3 tonalités.

Notes « poussées »

Pour déterminer les tonalités, il faut écouter les notes en poussant, autrement dit en faisant jouer la lame du dessus. Pour ce faire, vous pouvez mettre la lame en résonance, avec une anchette par exemple. Une autre possibilité est d'aspirer soit directement sur la plaquette (médium-aigu uniquement, la fréquence des lames graves est trop basse pour cette méthode), soit en utilisant un sommier d'essai.

En poussant, le rang d'une tonalité ne donne que 3 notes différentes : la tonique, la tierce et la quinte (les autres notes sont obtenues en tirant). Ce sont ces 3 notes que nous allons chercher à identifier.

Voici la composition des gammes les plus courantes en diatonique (en gras les notes poussées).

  • Sol majeur : sol, la, si, do, , mi, fa#, sol
  • Do majeur : do, , mi, fa, sol, la, si, do
  • Fa majeur : fa, sol, la, sib, do, , mi, fa
  • Sib majeur : sib, do, , mib, fa, sol, la, sib
  • Mib majeur : mib, fa, sol, lab, sib, do, , mib

Notes communes

On s'aperçoit que, dans les séquences précédentes, il y a des notes communes. En effet, les tonalités d'un diatonique sont espacées d'une quarte. La quinte de la 2e tonalité est donc la tonique de la 1re par renversement. Par exemple le do peut appartenir à la tonalité de do ou de fa.

Sur un instrument à 2 rangs, nous avons 2 tonalités qui donnent 5 notes différentes en poussant (1 note commune). Sur un instrument à 3 rangs, il peut y avoir soit 3 tonalités qui donneront 7 notes différentes (2 notes communes), soit 2 tonalités avec des altérations. Dans ce dernier cas, il faudra identifier les 2 tonalités puis se référer à une tablature pour les altérations.

Recherche des tonalités

Les plaquettes sont déjà classées par longueur, du grave à l'aigu. En écoutant les notes dans cet ordre, nous allons retrouver les séquences ci-dessus.

Si vous entendez les notes sol, si et , il s'agit de la tonalité de sol. Isolez ces plaquettes en les laissant dans l'ordre du grave à l'aigu (le sol un peu à part car il peut s'agir d'une plaquette de la tonalité de do). De la même façon, les notes do, mi et sol caractérisent la tonalité de do. Isolez le mi et le do à part. Enfin les notes fa, la et do nous donnent la tonalité de fa.

Les trois tonalités de notre exemple sont sol/do/fa. Voici la tablature d'un modèle en sol/do/fa.

schéma clavier diatonique sol/do/fa
schéma clavier diatonique sol/do/fa (P : poussé, T : tiré)

Les notes obtenues en tirant (lame intérieure) sont :

  • la, do, mi, fa# pour la tonalité de sol,
  • , fa, la, si pour la tonalité de do,
  • sol, sib, , mi pour la tonalité de fa.

Notez que, par rapport à ces notes tirées, il peut y avoir un cas particulier avec le premier bouton. C'est le cas sur la tablature pour les tonalités de do et de fa.

Nous constatons sur la tablature qu'il y a deux plaquettes similaires sol/la : la 3e pour la tonalité de sol et la 5e pour la tonalité de do. La dernière est en fait plus aigüe et ne peut pas être confondue avec la 1re. De même, la 5e plaquette do/ de la tonalité de fa est plus aigüe que la 3e plaquette de la tonalité de do.

Identification des voix de flute

La dernière étape est la distinction entre les deux voix flute. Sur une configuration 2 flutes et basson, nous avons généralement une flute juste et une flute haute qui se partagent chaque sommier. La flute juste est toujours située du même côté des sommiers, la flute haute vient alors occuper le côté opposé. Avec un accord musette (vibrato important), on apprécie facilement la différence. Si l'accord est serré, il faut soit une oreille affutée, soit un accordeur...

Conclusion

En recoupant les différentes informations : longueur des plaquettes, composition des gammes, des accords, tablatures, hauteur des lames, on peut déterminer sans problème la place exacte de chaque châssis et passer au montage.

Il faut au préalable nettoyer soigneusement chaque sommier en éliminant les résidus de cire ; celle-ci sera remplacée. Il faut aussi nettoyer les lames, les régler, remplacer les peaux et procéder à l'accord complet.

Si la musique est en trop mauvais état (oxydation importante, aigus fatigués, mauvaise tenue du rivetage...), il peut être nécessaire de remplacer une partie ou la totalité de la musique car l'accord ne tiendra pas.

Pour terminer, je signale qu'un travail de ce type ne peut pas être réalisé sans quelques compétences qui sont, en principe, l'apanage des professionnels.